NEWSLETTER

Tougan (Boucle du Mouhoun) : Journée ville morte jeudi après l’arrestation pour « proxénétisme » de deux commerçants

La ville de Tougan dans la boucle du Mouhoun a été partiellement paralysée ce jeudi 19 décembre 2019 et pour cause, les commerçants de la ville,  sont révoltés suite à l’arrestation pour « proxénétisme » de deux commerçants incarcérés à la maison d’arrêt et de correction de Tougan. Cette détention est jugée « injuste » et « arbitraire » par le président de l’amical des commerçants du Sourou Nayala.

Selon la source de radio Oméga, les deux commerçants arrêtés sont des gérants de bars et ils sont soupçonnés de faciliter le placement des serveuses auprès des clients pour des relations sexuelles tarifées.

« Nous voyons que si on va commencer à nous arrêter comme ça alors qu’il y a beaucoup de scénario qui sont pourris nous trouvons que ce n’est pas juste », a déclaré Ibrahim Zina, président de l’amical des commerçants du Sourou Nayala. Il ne manque pas de mettre en garde : « Nous n’avons pas d’armes, nous avons commencé notre première action en fermant nos boutiques et en observant une ville morte. Si on arrive à décanter la situation Dieu merci dans le cas contraire on a d’autres actions que nous allons mettre sur la table ».

 

Et pour manifester leur mécontentement malgré les multiples médiations, les commerçants ont décidé de la fermeture de tous les commerces, ériger les barricades sur les principaux axes de la ville et observer un sit-in à la gare routière paralysant ainsi toute activité. A cette situation toute électrique, les commerçants s’insurgent contre la mort d’un vendeur de bétail tué dans un village.
« Le mécontentement est accentué chez nous. Il y a tous ces éléments qui font que nous sommes en train de chercher comment vivre maintenant. Et si malgré tout ça on s’en prend aux gens cela veut dire qu’il y a un malaise social », fulmine Assimi Drabo, président de l’association des commerçants de Tougan.

Ce mouvement d’humeur risque de se durcir dans les prochains jours si les deux gérants ne sont pas libres, préviennent les commerçants

Adama Barro, correspondant à Tougan OMEGA