NEWSLETTER

lundi, 23 décembre 2019 14:49

Eau et assainissement / centre-ouest:L’objectif 0 village sans forage atteint

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

L’Organisation catholique pour le développement et la solidarité (OCADES Caritas Burkina) a procédé, le samedi 21 décembre 2019 à Nouna, au lancement du projet EA-19-2019, pour prendre en charge 2 000 ménages déplacés internes hors-camp et des commun

L’amélioration de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement a fait un bond dans la région du centre-ouest passant de 68,1 % en 2016 à 70,2% en 2019. Le ministère de l’eau et de l’assainissement (MEA) à initié une caravane de presse pour montrer les réalisations faites par l’Etat et leurs impacts sur les conditions de vie des populations.

Situé à 15 km de Sabou sur l’axe Ouaga-Bobo, le village de Godé a un taux d’accès à l’eau potable de 80%. C’est plus que la moyenne régionale qui tourne autour de 70,2%. Cette situation est la conséquence de l’implantation depuis 02 ans d’une adduction d’eau potable simplifiée (AEPS) qui permet de ravitailler 3500 personnes à partir de 4 bornes fontaines et 10 branchements privés. L’école primaire de Godé « A » a bénéficié d’un branchement particulier et cela a changé beaucoup de choses selon la directrice Albertine Zan. « Le robinet à l’école permet de réduire les distances. Les enfants n’ont plus besoin d’aller hors de l’école pour s’approvisionner en eau. De plus, elle est bonne pour la santé car permettant d’éviter beaucoup de maladies ».

A la borne fontaine, il faut débourser 100 F pour une barrique d’eau et 10 F pour 1 bidon de 20 litres. Un coût que les femmes trouvent très élevé. « Depuis deux ans, nous nous approvisionnons en eau potable. Elle est bonne et simplifie beaucoup de choses.Mais nous trouvons que les prix sont élevés. Si on pouvait nous faire la barrique à 50F, cela allait beaucoup nous soulager » confie Alizeta Nebié, habitante de Godé.

Urbain Nebié a eu plus de chance. C’est l’eau qui est venue le trouver chez lui à la suite d’une opération de branchement gratuit lancée par la Direction Régionale de l’eau et de l’assainissement. Président du Conseil Villageois de développement (CVD), il déplore lui aussi le coût élevé des factures. « Le robinet empêche les femmes d’aller au forage ou au puits. Les voisins viennent s’approvisionner de temps en temps. Mais les factures sont chères. Je paye entre 6000 et 8000 F par mois».

En milieu rural, le coût du M3 d’eau s’élève à 500F. Le gouvernement a pris des engagements récemment en conseil de ministres pour la réduction des tarifs. Mais en réalité, explique la Directrice régionale Julienne Tiendrébéogo, ce n’est pas l’eau que les habitants payent, mais le service de l’eau. « Il n’y a pas de gros sous là bas contrairement à ce que beaucoup pensent. Il faut beaucoup d’énergie pour faire sortir l’eau. Nous utilisons l’énergie solaire et le courant conventionnel. Les gestionnaires sont rémunérés et lorsque l’ouvrage tombe en panne, il faut le réhabiliter».

L’AEPS de Godé n’est pas la seule réalisation du MEA dans le centre-ouest ces 02 dernières années. Il y a aussi le site du forage de Pinyiri avec une profondeur de 53,8m. A cela s’ajoutent la réhabilitation d’une AEPS et la construction d’une autre à Gao, Zawara, Siglé et Kinkis-Gogo. A ce jour, chaque village est doté d’au moins un forage et l’objectif 0 corvée d’eau est presque atteint. « L’objectif 0 corvée d’eau, c’est rapprocher les points d’eau des populations. Aujourd’hui, chaque village dispose au moins d’un forage. Notre prochain défi, c’est doter tous les quartiers d’un forage » a laissé entendre la DR de l’eau et de l’assainissement.

Bernabé Kabré OMEGA FM

Lu 824 fois Dernière modification le lundi, 23 décembre 2019 15:25
Publié dans Actualités
Connectez-vous pour commenter