NEWSLETTER

Programme PADI : 508 ménages vulnérables reçoivent du cheptel pour reconstituer leurs moyens d’existence

508 ménages vulnérables dont huit personnes handicapées ont bénéficié de l’appui du Programme intégré de diversification de la production et d’amélioration nutritionnelle (PADI) dans la région des Hauts-Bassins, ce vendredi 20 décembre 2019 dans la province du Kénédougou. Ces bénéficiaires sont répartis entre sept communes de la province à savoir Djigouera, Samorogouan, Kourouma, Sindo, Kayan, N’Dorola et Morolba.

La cérémonie officielle de lancement de l’opération dénommée « Foire communale pour la recapitalisation du cheptel des ménages vulnérables et des personnes handicapées » a eu lieu dans la commune de Djigouéra, à 25 km d’Orodara, et simultanément dans les six autres communes bénéficiaires. Ainsi, 258 ménages dont huit personnes handicapées ont reçu chacun trois moutons et 250 autres ménages dix poules et un coq chacun.

Cet appui permettra ainsi à ces ménages pauvres de reconstituer leurs moyens d’existence et surtout d’améliorer et de diversifier leurs sources de revenus. Le coût global de l’activité est estimé à plus de 57 millions de francs CFA dont plus de 41 millions ont été investis directement dans l’acquisition des animaux au profit des bénéficiaires.

Après avoir reçu son coupon, chaque bénéficiaire se fait enregistrer en présentant un document d’identité et appose son empreinte sur la liste des bénéficiaires. Une fois l’empreinte apposée, le coupon est perforé pour marquer que le bénéficiaire a échangé son coupon. Les commerçants collectent les coupons et se font rembourser auprès d’Action contre la faim, selon les termes du contrat.

Un bénéficiaire handicapé visuel de la Commune de Sindo

L’avantage des coupons est qu’il offre aux bénéficiaires la liberté de choisir les animaux auprès de n’importe quel commerçant agréé. Les coupons permettent aux ménages de diversifier leurs sources de revenus et de renforcer l’économie locale à travers la contractualisation avec 23 commerçants locaux. Les commerçants ont été choisis sur la base de critères définis par la Direction provinciale des ressources animales et halieutiques (DPRAH) du Kénédougou.

A cet effet, « il y a eu des séances d’information, de formation et de sensibilisation des commerçants sur l’opération et les conditions de participation, matérialisées dans un contrat selon les procédures du bailleur », a expliqué le coordinateur terrain de l’ONG Action contre la faim (ACF), base d’Orodara, Cheick Amed Ky.

Le coordinateur terrain de l’ONG Action contre la Faim (ACF), base de Orodara, Cheick Amed Ky(1)

En plus des animaux distribués gratuitement, les 508 bénéficiaires ont été équipés en petits matériels (faucilles, mangeoires et abreuvoirs) et en matériels complémentaires pour le maraîchage (binettes, arrosoirs, râteaux, pelles et fourches). La particularité de ce programme est l’apport personnel (contribution) des bénéficiaires, matérialisé par la confection des abris pour les animaux, l’alimentation et l’entretien des animaux.

Les animaux ont été mis en quarantaine une semaine avant la foire et déparasités le jour de la foire après le choix de chaque bénéficiaire. Aussi, les bénéficiaires de petits ruminants ont été formés à la production, à la récolte et au stockage de fourrage. Ils seront également sensibilisés à l’hygiène, afin de minimiser les risques d’infection zoonotique (transmission de la maladie de l’animal à l’homme).

Pour Cheick Amed Ky, « trois groupements villageois féminins composés chacun de dix femmes, y compris les femmes handicapées, ont été formés à la transformation des produits forestiers non-ligneux. Ces groupements ont été équipés avec du matériel de transformation et des matières premières ». Dans cette lancée, 50 personnes handicapées seront dotées d’une enveloppe de 250 000 F CFA chacune pour mener des activités non-agricoles.

Toutes ces actions s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du Programme intégré de diversification de la production et d’amélioration nutritionnelle (PADI) dans la région des Hauts-Bassins. Ce programme est financé par le ministère fédéral de la Coopération économique et du développement (BMZ) et mis en œuvre par l’ONG Action contre la faim (ACF) et Christoffel-Blinde mission (CBM), en partenariat avec l’Association pour la gestion de l’environnement et le développement durable (AGED) et la Coordination régionale pour la promotion des personnes handicapées des Hauts-Bassins (CORAH). Le PADI contribue ainsi à lutter contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages vulnérables, en renforçant leur résilience.

Bakary Traoré, 1er adjoint au maire de la commune de Djigouéra

 Pour le premier adjoint au maire de la commune de Djigouéra, Bakary Traoré, qui a présidé cette cérémonie de lancement de la foire, cet appui vient à point nommé. Il a réaffirmé la volonté et l’engagement de sa commune à accompagner les acteurs de mise en œuvre du PADI et aussi à assurer un suivi auprès des bénéficiaires de la foire.

Il fonde enfin l’espoir que toutes ces actions pourront aider ces ménages vulnérables à sortir de la pauvreté et à lutter efficacement contre la faim. Le directeur provincial des ressources animales et halieutiques du Kénédougou, Fié Mamadou Traoré, a marqué la disponibilité de ses services à accompagner les bénéficiaires dans le suivi technique et les conseils pratiques et la formation continue des 20 vaccinateurs villageois.

JPEG - 99.6 ko
Ini Téné Palm, bénéficiaire de petits ruminants de la Commune de Djigouera.

« Je suis vraiment contente d’avoir bénéficié du PADI. Avec mon coupon, j’ai acheté trois moutons dont deux femelles et un bélier. J’ai été doté d’abreuvoirs et de mangeoires pour prendre bien soin de mes animaux. L’émotion est forte et les mots me manquent pour exprimer ma joie. Je remercie BMZ, CBM et ACF qui ont uni leurs efforts pour nous redonner le sourire. Je promets de bien de prendre soin de mes animaux ; ce qui va m’aider à scolariser mes enfants. Merci bien pour nous avoir donné le sourire », a conclu Ini Téné Palm, bénéficiaire de petits ruminants dans la commune de Djigouera.

Romuald Dofini
Lefaso.net