OUOBA Y. Jean

OUOBA Y. Jean

mercredi, 08 juillet 2020 06:07

Documents

 

 
 
 

 

 

jeudi, 30 avril 2020 14:32

Energies, Mines & Carrières



 

Energie

 

Le bois de chauffe est la principale source d’énergie des populations. Il est complété par les énergies fossiles fournies par les stations, le réseau de la Société nationale burkinabé d’électricité (SONABEL) et dans une moindre mesure par l’énergie solaire. Le taux d’électrification demeure ainsi faible dans la région, toute chose qui contribue à limiter la productivité économique.

 

En 2017, on dénombre seize (16) localités alimentées en électricité de façon continue. Il s’agit de Kaya, Kongoussi, Boulsa, Korsimoro, Boussouma, Louda, Dargo, Sabcé, Malou, Yilou, Tikaré, Rouko, Yérin, Rambo, Bouga et Zambanga. D’autres localités ont reçu les installations électriques mais le fonctionnement n’est pas encore effectif.

L’électricité est une ressource capitale pour le développement économique et humain. La disponibilité en électricité sous-tend la fourniture de services essentiels tels que l’éducation, la sécurité sanitaire des aliments, l’accès aux technologies de l’information et de la communication ou encore l’amélioration de la productivité des activités agricoles et économiques. Au Centre-Nord, le développement de l’électricité est de très loin en deçà des besoins des populations et beaucoup reste à faire malgré les efforts fournis.


L’industrie extractive

Dans le domaine de l’exploitation minière, on note la présence de la mine d’or de Taparko-Bouroum, exploitée par la Société des mines de Taparko (SOMITA). Exploité à ciel ouvert, le site a une réserve de minerais exploitable estimée à 7,6 millions de tonnes avec une teneur de 2,91 grammes par tonne. Dans la région intervient également une autre société minière à savoir Bissa Gold dans la province du Bam.

On note l’existence de 229 sites répartis comme suit : deux (02) mines industrialisées (Bissa Gold au Bam et Société Minière de Taparko au Namentenga) ; trois (03) sites semi-mécaniques ; 75 sites artisanaux et 149 sites sauvages ou anarchiques avec cinq (05) comptoirs d’achat. Des 229 sites d’orpaillage que compte la Région, seuls 66 sont autorisés contre 163 non autorisés (Gouvernorat de Kaya, 2017).

En substances minérales, on note la présence d’autres gisements dans la région tels que le diamant à Barsalogho, le fer à Bourzanga et une carrière de Tufs dans la commune de Boussouma.

samedi, 25 avril 2020 15:38

Energie et mines



 

 

 

  • Energie


    Au niveau du réseau électrique, on note la couverture du réseau électrique de quarante-sept (47) localités de la région en 2013. On note également la présence de trois (03) sources d’électricité à Bagré, à Gounghin et à Koupéla.

    L’offre d’énergie s’est accrue par la présence de cinquante-trois (53) plateformes multifonctionnelles dont trente-neuf (39) fonctionnelles. La répartition géographique des ces plateformes fait ressortir la présence de dix-huit (18) au Koulpélogo, seize (16) au Boulgou et cinq (5) au Kourittenga.

     

    Mines


     

     

    En dehors de la mine d’exploitation aurifère de Youga dans la province du Boulgou, l’industrie minière est embryonnaire dans la région qui dispose d’un sous-sol assez riche.

    On note une dizaine de sites d’orpaillage d’exploitation artisanale situés pour la plupart en zone rurale. Certaines croyances et pratiques observées sur les sites d’orpaillage sont de nature à favoriser la propagation des maladies telles le VIH/SIDA et les IST. Il y a aussi le fait que les jeunes y sont exposés à la consommation de stupéfiants. De même, l’usage incontrôlé des produits prohibés a un impact sur la santé des populations et contribue à la dégradation de l’environnement.

 


VOIR  AUSSI ⇓


Ministère de l'énergie du Burkina Faso

Ministères des Mines et des carrières

Energie Web TV

Chambre des mines du Burkina

 


 


 

 

 



 

samedi, 25 avril 2020 13:10

Energie et mines



 

 

 

Energie

 

Le développement des PMI et PME est conditionné par l’accès des facteurs de production dont l’un des principaux est l’énergie. Cependant, on note un très faible accès à l’énergie dans cette partie du Burkina. En effet, en matière de zone couverte par la SONABEL, on compte 5 sur 17 communes couvertes. De même, l’utilisation de l’énergie solaire est limitée par son coût élevé.

L’exploitation et la commercialisation du bois échappent au contrôle du service technique en charge de l’environnement. Cette non maîtrise de l’exploitation du bois a pour conséquence immédiate l’accélération de la dégradation du couvert végétal. 

Pour les contraintes majeures, on note :

  • une faible couverture de la région en électricité ;
  • un coût élevé de l’électricité ;
  • un système de gestion coopérative de l’énergie non soutenable ; ü une forte utilisation du bois de chauffe par les ménages.


 


VOIR  AUSSI ⇓


Ministère de l'énergie du Burkina Faso

Ministères des Mines et des carrières

Energie Web TV

Chambre des mines du Burkina

 


 


 

 

 



 

samedi, 25 avril 2020 13:06

Artisanats



 

 


Industrie et artisanat

La région dispose d’énormes potentialités industrielles. Cependant, certaines unités industrielles installées (MINOFA, SN-SOSUCO, etc.), sont confrontées à des problèmes de débouchés et/ou de mauvaise gestion. 

L’artisanat quant à lui se caractérise par l’insuffisance de formation des artisans, la faible organisation du secteur, l’étroitesse du marché local, le coût élevé de certains facteurs de production et sa faible intégration au tourisme. 

En définitive, les secteurs de l’artisanat et de l’industrie connaissent des difficultés, notamment :

  • la production archaïque et informelle ;
  • le coût élevé de certains facteurs de production ;
  • l’étroitesse du marché local et l’enclavement ;
  • le faible accès au crédit ;
  • l’insuffisance de promotion des produits artisanaux ;
  • la faible couverture en réseau électrique et de communication ;
  • la disparition ou régression d’espèces végétales et fauniques utiles à l’artisanat et la sécurité transfrontalière.
samedi, 28 mars 2020 12:00

Energie et mines



 

   

 Énergie électrique

 

Le Burkina Faso se caractérise par un taux d’électrification très faible au regard des indicateurs affichés par l’annuaire statistique 2015 du Ministère des Mines, de l’Énergie et des Carrières. En effet, il ressort en substance, un taux d’électrification urbain de 59,9% contre un taux d’électrification rural de 3,1%. Quant au taux d’électrification national, il se situe à 18,8%.

Au niveau régional, bien que les indicateurs ci-dessus cités ne soient pas désagrégés, il convient néanmoins de souligner que les actions majeures en matière d’électrification de la région de l’Est sont assurées par la SONABEL et le Fonds Burkinabé pour l’Électrification. En ce qui concerne en premier lieu la SONABEL, il convient de noter qu’elle ne couvre présentement que onze (11) communes soit 40,7% des communes de la région. Les collectivités territoriales couvertes sont : Bilanga ; Bogandé ; Diabo ; Diapaga ; Diapangou ; Fada N’Gourma ; Gayéri ; Kompienga ; Manni ; Pama et Tibga. Par ailleurs, l’analyse de l’évolution du nombre d’abonnés de 2006 à 2015 montre une hausse de 113% ; c’est donc dire que la demande est passée du quitte au double en une décennie.

Pour ce qui est en second lieu, du Fonds Burkinabé pour l’Électrification, ses réalisations ont été enregistrées dans vingt-deux (22) sur les 842 villages que compte la région. En 2015, les localités desservies par le FDE comptaient 2027 abonnés.

 

Localités desservies par le réseau SONABEL et le FDE dans la région de l’Est

 

 

Gnagna

Gourma

Komondjoari

Kompienga

Tapoa

Réseau SONABEL (communes)

Bogandé ; Manni ;

Fada N’Gourma ; Diapangou ; Diabo ; Tibga ;

Gayéri ; Bilanga ;

Kompienga ; Pama ;

Diapaga

Fonds de Développement de l’Électrification

Piéla (Tangaye) ; Coalla ; Thion ;

Diabo (Bou lyoghin ; Lorgho ; Maoda ; Pitenga ; Zanre ; Saatenga) ; Fada N’Gourma (Boudangou ; Bougui ; Komandougou ; Natiabonli ;

) ; Tibga (Bolontou) ;

Gayéri

Tiabri, Tawari

Kantchari (Boudieri) ; Tansarga ; Partiaga (Tatian-gou) ; Tambaga (Kogoli, Pentinga) ; 

Source : MEMC, Annuaire statistique 2015 du Ministère de l’Energie, des Mines et des Carrières, Février 2017

 


Mines et carrières


Le sous-sol de la région de l’Est semble regorger de potentialités minières ; en effet, on dénombre en 2018 : (i) une mine industrielle (Boungou SA) : en instance de démarrage de sa production et située dans la commune de Partiaga ; (ii) 58 sites artisanaux ; (iii) 6 permis d’exploitation semi-mécanisés et (iv) 52 autorisations d’exploitation artisanale de l’or délivrées. En termes de retombées financières, c’est une enveloppe de 17 861 300 000 FCFA qui a été transférées aux collectivités territoriales de la région au titre des recettes minières.

Outre les ressources minières, la région de l’Est dispose également de potentialités certaines au niveau des mines.


   

 


VOIR  AUSSI ⇓


Ministère de l'énergie du Burkina Faso

Ministères des Mines et des carrières

Energie Web TV

Chambre des mines du Burkina

 


 


 

 

 

 



 

lundi, 02 mars 2020 19:40

Présentation



 

 

 

Page 1 sur 20