Le Centre-Nord

Potentialités

Potentialités (1)

lundi, 23 décembre 2019 11:44

Ressources de la région

Écrit par

 L'agriculture


 

 

L’économie du Centre-Nord est fortement dominée par les activités agro-pastorales.  L’agriculture est une activité endogène avec un essai de modernisation par endroit.
Cependant, elle reste de type pluvial essentiellement tournée vers les cultures céréalières. Elle est pratiquée par plus de 90% de la population de la région qui est essentiellement rurale.

 Les principales spéculations exploitées dans la région sont le mil, le sorgho blanc, le sorgho rouge, le maïs et le riz. En termes de volume de production, le sorgho est loin devant les autres, soit près de 76,04% de l’ensemble de la production au cours de la  campagne agricole 2016/17 (Ministère de l'agriculture et des aménagements hydrauliques (MAAH), 2017).

Evolution de la production céréalière en tonne de 2012/13 à 2016/17

 

 Source : Annuaires statistiques ; MAARH

 

 

A côté des spéculations céréalières, sont exploités d’autres produits vivriers que sont le voandzou, la patate et le niébé. Cependant, les données disponibles ne concernent que la production de niébé. En 2016/2017, la production de niébé s’élevait ainsi à 50 304 tonnes.

Outre les cultures vivrières, les producteurs exploitent également des produits de rentes tels que le coton et l’arachide. En dehors de l’arachide, la production du coton reste marginale dans la région. En 2016/2017, la production cotonnière se situait 14 604 tonnes.

La culture maraîchère occupe une place de choix dans la région du Centre-Nord. On y exploite des spéculations comme la tomate, le chou, le haricot vert, l’oignon, l’aubergine, le piment et le poivron. L’ensemble de la production maraîchère de la région s’élevait à 145 384 tonnes en 2016/2017.

 

 


L'élevage 


Dans la région du Centre-Nord, l’élevage occupe plus de 80% des ménages. Il est pratiqué cumulativement avec l’agriculture et prend plus d’importance en milieu rural. Il constitue un des pôles générateurs de revenus et le principal moyen de couverture des besoins essentiels des populations qui exploitent un cheptel important malgré les manifestations des aléas climatiques.

Le cheptel se compose essentiellement de bovins, de caprins, d’ovins, de porcins, d’asins, d’équins et de volaille. En 2016, la région comptait 532 600 bovins, 1 089 100 ovins, 1 356 700 caprins et 79 500 porcins. La majorité du cheptel se trouve dans la province du Sanmatenga avec 43,72% des effectifs (DRRAH, 2017).

 

 

 

 

Publié dans Potentialités