Energie

 

Le bois de chauffe est la principale source d’énergie des populations. Il est complété par les énergies fossiles fournies par les stations, le réseau de la Société nationale burkinabé d’électricité (SONABEL) et dans une moindre mesure par l’énergie solaire. Le taux d’électrification demeure ainsi faible dans la région, toute chose qui contribue à limiter la productivité économique.

 

En 2017, on dénombre seize (16) localités alimentées en électricité de façon continue. Il s’agit de Kaya, Kongoussi, Boulsa, Korsimoro, Boussouma, Louda, Dargo, Sabcé, Malou, Yilou, Tikaré, Rouko, Yérin, Rambo, Bouga et Zambanga. D’autres localités ont reçu les installations électriques mais le fonctionnement n’est pas encore effectif.

L’électricité est une ressource capitale pour le développement économique et humain. La disponibilité en électricité sous-tend la fourniture de services essentiels tels que l’éducation, la sécurité sanitaire des aliments, l’accès aux technologies de l’information et de la communication ou encore l’amélioration de la productivité des activités agricoles et économiques. Au Centre-Nord, le développement de l’électricité est de très loin en deçà des besoins des populations et beaucoup reste à faire malgré les efforts fournis.


L’industrie extractive

Dans le domaine de l’exploitation minière, on note la présence de la mine d’or de Taparko-Bouroum, exploitée par la Société des mines de Taparko (SOMITA). Exploité à ciel ouvert, le site a une réserve de minerais exploitable estimée à 7,6 millions de tonnes avec une teneur de 2,91 grammes par tonne. Dans la région intervient également une autre société minière à savoir Bissa Gold dans la province du Bam.

On note l’existence de 229 sites répartis comme suit : deux (02) mines industrialisées (Bissa Gold au Bam et Société Minière de Taparko au Namentenga) ; trois (03) sites semi-mécaniques ; 75 sites artisanaux et 149 sites sauvages ou anarchiques avec cinq (05) comptoirs d’achat. Des 229 sites d’orpaillage que compte la Région, seuls 66 sont autorisés contre 163 non autorisés (Gouvernorat de Kaya, 2017).

En substances minérales, on note la présence d’autres gisements dans la région tels que le diamant à Barsalogho, le fer à Bourzanga et une carrière de Tufs dans la commune de Boussouma.

Plus dans cette catégorie : « Pêche Transport »