L'Est

L'Est (29)

samedi, 01 février 2020 15:10

Cultures et Loisirs

Écrit par



 

 

Publié dans L'Est
samedi, 01 février 2020 15:10

Réalisations

Écrit par



 

Publié dans L'Est
samedi, 01 février 2020 15:10

Agriculture

Écrit par

Facebook YouTube


 

Source: (CRE)


Agriculture

A l’image du pays, l’économie de la région de l’Est repose essentiellement sur le secteur primaire qui emploie à titre principal environ 93,7% de la population, contre 84,4% au niveau national. L’agriculture y demeure la principale activité qui assure des emplois et des revenus à la majeure partie de la population à environ 93,1% des ménages. 

La région de l’Est bénéficie de conditions agro climatiques relativement favorables, marquées par une pluviométrie annuelle au dessus de la moyenne nationale et  une disponibilité assez importante en terres cultivables encore peu dégradées, faisant d’elle l’un des espaces les plus propices à l’activité agricole au plan national. 

Toutefois, malgré ces conditions naturelles relativement favorables, l’agriculture de la région reste peu performante, tributaire des pratiques traditionnelles de production caractérisée par une agriculture de type pluvial, peu mécanisée et dominée par la petite exploitation familiale.

Superficies emblavées

Pour la campagne agricole 2007-2008, l’ensemble des superficies emblavées dans la région de l’Est a été d’environ 406 978 ha. Sur un ensemble de 4 312 239 ha emblavés à l’échelle nationale, la région de l’Est a représenté environ 9,44%. Le constat majeur sur le secteur agricole de la région est qu’elle reste dominée par l’agriculture de subsistance à travers la forte production de cultures vivrières qui ont représenté environ 80% (4/5) des superficies emblavées. La situation du bassin est légèrement en dessous du niveau de production des cultures vivrières à l’échelle nationale où les superficies emblavées étaient de 80,15%. 

Répartition des superficies emblavées en 2007 par types de spéculations

A l’échelle des provinces, la  Gnagna se distingue avec un niveau de production de cultures de rente largement au dessus de la moyenne régionale avec près du 1/3 de ses superficies emblavées. A l’opposé, les provinces de la Komandjari et de la Tapoa sont exclusivement orientées vers les productions vivrières, avec moins de 10% de leurs superficies emblavées accordées aux cultures de rentes. 

En terme d’importance des superficies totales emblavées, les provinces de la Gnagna (37% des superficies), le Gourma (31,39%) et la Tapoa (23,14%), concentrent la quasi-totalité (plus de 90%) des superficies emblavées de la région. La Komandjari et la Kompienga, avec respectivement 4,21% et 4,27% représentent moins de 10% de l’ensemble régional.

 

Répartition des superficies emblavées par types de cultures en 2007

Province

Cultures vivrières

% cultures vivrières

Cultures de rente

% cultures de rente

Total région

% Sup      /Province

 Gnagna 

104 167

69,18

46 400

30,82

150 567

37,00

 Gourma 

104 436

81,75

23 322

18,25

127 758

31,39

 Tapoa 

86 930

92,33

7 226

7,67

94 156

23,14

 Komandjoari 

15 995

93,43

1 125

6,57

17 120

4,21

 Kompienga 

14 007

80,61

3 370

19,39

17 376

4,27

 Région 

325 534

79,99

81 444

20,01

406 978

100,00

% cultures

9,42

 

9,51

 

9,44

-

 Burkina 

3 456 119

80,15

856 119

19,85

4 312 239

-

Source : Adaptée des données de la DGSPA/MAHRA, 2008

De façon globale, le sorgho (46,12%), le mil (21,19%), l’arachide (15,02%) et le maïs (10, 4%) constituent les principales cultures dans la région de l’Est, concentrant ainsi à eux seuls près de 93% de l’ensemble des superficies totales emblavées sur cet espace en 2007. Le coton représentait seulement 3,91% des superficies emblavées, ce qui le place au cinquième rang dans la région. 

Au niveau des cultures céréalières, le sorgho, notamment le sorgho blanc est de loin la principale culture avec  environ 59% des superficies emblavées. Il est également la spéculation la mieux représentée au niveau national (11,68%). Le mil vient en seconde position avec environ 27%, un peu plus du quart des superficies et le maïs en troisième position avec environ 13%. La culture de riz et de fonio reste marginale dans la région. 

 

 

Pour avoir plus de détail, vous pouvez télécharger le document  ⇒ L’agriculture dans la Région de l'EST

 


VOIR  AUSSI ⇓


L'AGRICULTURE AU NIVEAU NATIONAL

MINISTERE DE L'AGRICULTURE

Statistiques Agricoles au Burkina

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


 

 

 



 

Publié dans L'Est
lundi, 30 décembre 2019 12:13

Services sociaux de base :

Écrit par

Education


 

Le secteur de l’éducation a bénéficié d’une attention soutenue au cours de la période 1998-2007. Avec l’adoption du PDDEB et la mise en œuvre du PEPP, la place de l’éducation dans la formulation de projets a été renforcée.

Les projets installés au niveau régional comme le PFA, le programme ADELE, le PNGTII, le PADL/Tapoa, et le projet GCP/BEL ont investi 870 761 154 francs dans le secteur. La contribution des ONG quant à elle s’est élevée à 1 397 062 919 francs. 

Ces investissements sont allés au niveau des enseignements primaire,  secondaire et de l’alphabétisation. A cela, il faut ajouter d’autres interventions venant des projets, de l’Etat et du secteur privé. 

 

L’éducation non formelle


La région de l’Est compte 2 221 centres d’alphabétisation toutes catégories confondues, soit 18,31% de l’ensemble des centres du pays. Les plus vulgarisés sont les centres d’Alphabétisation Initiale (AI) et les centres de Formation Complémentaire de Base (FCB) qui représentent 97,16% de l’ensemble. La répartition selon le genre dégage 130 centres féminins, 06 centres masculins et 2085 centres mixtes. Les langues enseignées sont le gulmancema, le Mooré, le Fulfuldé.

Publié dans L'Est
lundi, 30 décembre 2019 09:46

Le chef du village de Nadiaboanli a été assassiné

Écrit par

Des hommes armés non identifiés ont attaqué la famille royale de Nadiaboanli hier samedi 28 décembre 2019 dans la soirée. Le chef de village a perdu la vie au cours de cette attaque selon les informations parvenues à infowakat.net.

Le village de Nadiaboanli dans la commune de Partiaga dans la région de l’Est est en émoi. Pour cause le chef de village a été assassiné la nuit passée.

Le chef du village de Nadiaboanli (province de la Tapoa, région de l'Est), Marcellin Tankoano, a été assassiné par balles samedi nuit par des individus armés non identifiés qui ont fait irruption dans son domicile.

Publié dans Actualités
mercredi, 25 décembre 2019 12:33

AUTO EVALUATION ET REDEVABILITÉ : LA COMMUNE DE LOGOBOU S’ACQUITTE DE SON DEVOIR

Écrit par

La redevabilité fait partie des principes de bonne gouvernance selon les dispositifs du code général des collectivités territoriales (CGCT). Le CGCT prescrit pour les élus locaux et surtout les exécutifs des collectivités territoriales l’obligation d’informer les citoyens de la situation de la gestion de la collectivité.

La commune de Logobou dans la région de l’Est, dirigée par M. Kondjoa YONLI a répondu le samedi 21/12/2019 à ce principe de transparence et de redevabilité. D’une manière publique, le Maire de la commune de Logobou M.Kondjoa Yonli a passé au peigne fin les réalisations de la mairie de 2016 à 2019.

De sa présentation on retient que la mairie de Logobou sur fond propre et avec l’appui de ses partenaires a durant cette période fait des réalisations dans plusieurs domaines.

– Education  191 904 534   fcfa

– Santé : 4 310 000   fcfa

– Cadre de vie, eau et assainissement : 221 341 631   fcfa

– Ressources animales : 53 753 193 fcfa

– Commerce et industrie : 71 047 482   fcfa

– Sécurité : 4 911 520 fcfa

– Agriculture : 59 103 113   fcfa

– Action sociale : 1 565 000 fcfa

– Acquisition de matériel et autres investissement : 224 158 160 fcfa

– Formation professionnelle : 12 895 000 cfa

– Renforcement des capacités des acteurs et de la bonne gouvernance : 15 636 638 fcfa.

L’ensemble des investissements se lève à plus de 860 626 271 fcfa

La population qui a suivi de bout en bout l’exposé du Maire et de son équipe sur les réalisations de la commune au profit du développement de la commune a marqué sa satisfaction  vis-à-vis du conseil municipal, qui malgré les nombreuses crises traversées ces deux dernières années a consenti de nombreux efforts pour bâtir l’émergence.

Au terme de son exposé le Maire n’a pas manqué de remercier l’ensemble des partenaires de la commune tels que : DEPAC-A ; DEPAC-B ; FONDS ENFANTS FPDCT PACT PSAEPNGT ; PCESA l’Etat et ses services déconcentrésles collectivités partenaires et l’ensemble de la population pour leur soutien indéfectible.

« La commune rurale de Logobou est une jeune commune comme bien d’autres avec assez de potentialités pouvant aider à booster son développement si et seulement si la cohésion entre ses fils et  filles  venait à prendre le pas sur toutes les autres considérations négatives. Le bilan assez appréciable, a été obtenu avec des ressources très insuffisantes, mais aussi avec l’engagement sans faille de tous les membres. Le plan communal de développement et tous les autres plans spécifiques élaborés doivent être pris en compte par les différents acteurs tout en les améliorant au fur et à mesure en tenant compte des nouveaux contextes à venir.

La commune reste un grand réservoir de faune et de flore qui ne demande qu’à être exploré, développé et exploité » conclût le Maire Kondjoa Yonli.

Ounténi Ouoba, Directeur de publication, Collectivitesinfo.net

Publié dans Actualités
mardi, 24 décembre 2019 16:18

environnement 2

Écrit par

 



  


Ressources en eau



Eaux de surface


 

La région de l’Est est drainée, par un réseau hydrographique dense constitué essentiellement de bas-fonds et d’affluents périodiques (environ 5 676 km), de petites rivières et de plan d’eau. Le territoire de la Région est partagé entre deux grands bassins versants que sont celui du Niger au Nord et celui de la Pendjari au Sud, un affluent du l’Oti.

Le fleuve Niger est alimenté par un ensemble de cours d’eau qui coulent sud-ouest/nord-est. Il s’agit de la Sirba, Goroubi, Dyamongou et de la Tapoa. Ceux qui alimentent le bassin de la Pendjari sont Oualé, Singou, Arly, Doubolo, Kourtiaga et coulent nord-ouest/sud-est.

 

La  province de la  Gnagna est drainée par les eaux de la Faga et de la Sirba qui font l’objet de nombreux barrages dont les plus importants  sont le barrage de Dakiri, le barrage de Manni, le barrage de Kossougoudou, le barrage de Dabesma et le barrage de Bilanga. Le Bonsoaga et le Baopendi parcourent les Provinces du Gourma et  de la Komondjari. Les seuls barrages existants sur ces cours d’eau sont localisés dans les communes de Fada N’Gourma et de Madjoari.

La Province de la Tapoa est à moitié arrosée par la rivière de la Tapoa qui se jette dans le Niger et la rivière de la Pendjari  qui relève du deuxième bassin versant. A la Tapoa existent trois barrages sur la Boudiéri, la Tapoa et un troisième dans la ville de Diapaga. 

La Province de la Kompienga au Sud est arrosée par les rivières de la Kompienga ou Koulpélogo et la Singou. La Pendjari se situe à la frontière avec le Bénin. Le barrage sur la Kompienga est le deuxième grand barrage hydro- électrique au Burkina Faso après celui de Bagré dans la région du Centre Est.

 

 

Publié dans Potentialités
mardi, 24 décembre 2019 10:50

Est du Burkina: 1028 déplacés fuyant des représailles se retrouvent à Kantchari

Écrit par

Fada N’Gourma, 20 déc. 2019 (AIB) – Au lendemain de l’assassinat de sept personnes, dont cinq Kolgweogo (groupe d’autodéfense) au village de Kantari, la ville de Kantchari, dans la région de l’Est,  a accueilli 1028 déplacés, en provenance dudit village et des hameaux de culture environnants, a appris l’AIB vendredi, de sources administratives.

Publié dans Actualités
jeudi, 19 décembre 2019 11:24

Conseil Régional de L'Est

Écrit par

Deuxième session statutaire 2019 de l'AG de la CRA

Le Président du Conseil Régional de l'Est soutient les acteurs du développement rural.

Publié dans Actualités
mercredi, 18 décembre 2019 15:03

Semaine Régionale de la Culture (SRC) de l'Est.

Écrit par

Le comité d'organisation met les bouchées doubles

La SRC de l'Est se tiendra du 19 au 21 décembre 2019 à Fada N'Gourma. À 24 heures de la tenue de ce rendez-vous culturel, le comité d'organisation a tenu ce 18 décembre 2019 une rencontre pour les derniers réglages.

 

Publié dans Agenda
Page 2 sur 3