Facebook YouTube


 

 

 Source: Conseil régional de l'Est


 Elevage

La région de l’Est bénéficie de conditions naturelles favorables, marquées par une relative abondance en ressources en eau et végétales, propices au développement des activités de production, en l’occurrence cellles de l’élevage.

Les caractéristiques essentielles de l’élevage de la région, à l’image du pays, restent marquées par les systèmes extensifs de production et une relative faible productivité au niveau de toutes les espèces. C’est une activité de plus en plus intégrée à l’agriculture par un apport en traction animale et en fumure organique. 

  

Effectifs du cheptel

Les estimations du cheptel de la région de l’Est réalisées à partir des résultats de l’Enquête Nationale des Effectifs du Cheptel (ENEC 2) de 2004, donnent en 2008 pour les principales espèces : bovins (917 745 têtes), ovins (795 532 têtes), caprins (1 231 399 têtes), porcins (115 127 têtes), poules (2 123 225 têtes) et pintades (372 360  têtes).    

A l’échelle des provinces, la Gnagna présente les effectifs les plus importants de l’ensemble de la région pour l’essentiel des espèces : bovins (51,14%), ovins (38,60%), caprins (47,17%), poules (41,26%). La province du Gourma se distingue au niveau des pintades en concentrant environ 51% des effectifs de pintades. La province de la Tapoa quant à elle compte les plus importants effectifs de porcins qui, du reste, sont peu élevés dans la région.

 

A l’échelle du pays, la région de l’Est, bien qu’étant une zone d’élevage par excellence, est peu représentée au niveau national avec un poids compris entre 5% et 12% environ, selon les espèces. Les bovins constituent les espèces les plus représentées au niveau national avec un poids de 11, 37%. Les porcins par contre, sont les moins représentés avec seulement 5,53%. 

 

Pour avoir plus de détail, veuillez télécharger le document ⇒      Ressources animales de la région de l'EST

 


VOIR  AUSSI ⇓


L'ELEVAGE AU NIVEAU NATIONAL


Ministère des Ressources Animales et Halieutiques


LA VOIX DE L'ELEVEUR

Le devenir de l'Elevage au Burkina