Source: www.agriculture.bf



 L’agriculture est la principale activité économique de la population de la région du Sud-ouest. En effet 76,93% de cette population a comme principale activité l’agriculture. La région regorge un potentiel de bas-fonds aménageables et aménagés. Cependant on constate une faiblesse de la production maraichère et de la culture de contre saison dans la région. Plusieurs raisons pourraient expliquer cet état de fait notamment l’insuffisance et le tarissement précoce de certains points d’eau, la faible utilisation des semences améliorées de culture maraichère, la quasi absence de producteurs leader, l’insuffisance de la main d’œuvre, la faible exploitation des basfonds déjà aménagés du fait que l’activité soit faiblement intégrée dans les pratiques culturales de la population...

L’agriculture de la région, qui est de type extensif à l’instar des autres régions du pays, est également confrontée à de nombreuses difficultés. Il s’agit entre autres de l’accessibilité de la terre par les jeunes et les femmes, l’accessibilité aux semences améliorées, aux engrais et au matériel agricole et la faible utilisation des techniques modernes de production.

En portant un regard particulier sur l’accessibilité de la terre par les jeunes et les femmes, on remarque qu’en dépit de la loi 034-2012/AN portant réorganisation agraire et foncière au Burkina Faso, les jeunes et les femmes ont une accessibilité relativement difficile à la terre alors que ces couches représentent une catégorie importante de la population. En effet, des projections faites à partir du RGPH 2006, les femmes représentent 51,62% de la population de la région. Les mêmes projections laissent apparaitre l’extrême jeunesse de la population de la région. Par exemple, la population ayant moins de 25 ans représente 57,65% de la population.

Les défis majeurs dans le domaine agricole sont d’une part l’exploitation optimale des bas-fonds déjà aménagés et d’autre part l’aménagement et la mise en valeur des potentiels bas-fonds afin de booster la production dans le domaine du maraichage et de la culture de contre-saison.

Principales spéculations

Les spéculations qui sont principalement cultivées dans la région sont le maïs, le mil, le sorgho et le riz pour les cultures céréalières ; le niébé, le voandzou et l’arachide pour les légumineuses ; l’igname, la patate, le manioc et le fabirama pour les tubercules ; et le sésame, le coton, le tabac et le soja pour les cultures de rente.

  Superficies emblavées

Les tableaux ci-dessous donnent l’évolution des superficies mises en valeur pour les différentes productions dans la région durant la période 2014-2017. Pour les cultures céréalières, le maïs occupe la première place en matière de superficie emblavée avec 294 975 hectares. Quant aux cultures de rente et vivrière, les grandes superficies sont réservées respectivement au coton (138 391 hectares) et au niébé (52 289 hectares).

Évolution de la superficie emblavée céréalière (ha)


Pour avoir plus de détail, vous pouvez télécharger le document  ⇒ L’agriculture dans la Région du Sud-Ouest



   

 


VOIR  AUSSI ⇓


L'AGRICULTURE AU NIVEAU NATIONAL

MINISTERE DE L'AGRICULTURE

Statistiques Agricoles au Burkina

 


 


 

 



 

Plus dans cette catégorie : « Industrie Elevage »