Le Sud-Ouest

Agriculture, élevage

La région du Sud-Ouest est une région atypique à fort potentiel agricole. 

L’activité économique est principalement axée sur le secteur primaire, l’agriculture et l’élevage, qui occupent une très grande partie de la population (environ 85%). Du fait de son peuplement peu dense (50,94 habitants/km2 selon la projection de la population en 2017), la région dispose de beaucoup de terres cultivables et encore très fertiles. La superficie emblavée de cultures céréalières, de cultures de rente et d’autres cultures vivrières est estimée à 249.427 ha en 2017, soit 19,72% du potentiel cultivable de la région (1.264.800 ha).

Avec comme cultures prépondérantes les céréales et les tubercules, les sols se prêtent bien à l’arboriculture fruitière et à la culture du riz. Cette aptitude reste cependant limitée par la disponibilité en eau. L’occupation actuelle du sol, dominée par les cultures céréalières, dans un système extensif, entraîne une forte pression sur les terres avec pour conséquence une dégradation accélérée du tapis végétal et des sols.

Au Sud-Ouest, l’élevage vient au second rang. La région dispose d’un énorme potentiel productif et diversifié en matière de cheptel. Cependant, du fait de ses caractéristiques naturelles et climatiques, le Sud-Ouest est longtemps resté une région endémique de la mouche tsé-tsé et de la trypanosomiase, n’autorisant que l’élevage d’espèces rustiques adaptées aux conditions du milieu.

De nos jours, avec les progrès de la médecine animale, le Sud-Ouest est devenu une zone de transhumance vers la Côte d’Ivoire, puis une zone d’accueil où l’abondance de pâturages permet d’accroître le cheptel. La principale difficulté concerne les conflits entre agriculteurs et éleveurs à cause du non-respect des règles minimales de cohabitation.