Le Sahel

Potentialités

Potentialités (1)

mercredi, 25 décembre 2019 10:40

Atouts du développement de la Région

Écrit par

 Atouts de la position géographique


La région du Sahel est située à l’extrême nord du Burkina Faso entre les 13° et 15° parallèles nord. Elle s’étend sur une superficie de 36 767 km2 soit 13,2% du territoire national. Elle est limitée au nord par la République du Mali, au Nord-Est par la République du Niger, au Sud par les régions de l’Est et du Centre-Nord, et à l’Ouest par la région du Nord.

Cette position lui offre d’énormes atouts d’échanges à la fois avec les autres régions du pays mais aussi avec les deux républiques voisines.

Atouts du secteur minier


 

 

 

Dans la région du Sahel, l’exploitation aurifère est la seule activité minière malgré l’existence du fer (Tin Eddiar, Kollel), du manganèse (Tambao, Oursi), du calcaire (Tin Rhassane), etc.

Trois (03) sociétés assurent l’extraction industrielle de l’or. Ce sont : SMB-SA (dans le site d’Inata au Soum), SOMIKA (dans le site de Solhan au Yagha) et la société « Iamgold » (dans le site d’Essakane à l’Oudalan). Au total, on dénombre environ 81 sites aurifères dans la région, la majorité en exploitation artisanale.

L’exploitation des ressources minières pourraient contribuer d’une part à hausser les recettes des collectivités territoriales mais d’autre part à créer des emplois pour les populations résidentes.

L’orpaillage constitue une source de revenus supplémentaires et contribue de façon notable à la formation des revenus des ménages.

 

Atouts de la production animale


  La principale activité économique des populations reste l’élevage. L’effectif du cheptel est important et évolue de façon continue. Il est dominé par les caprins suivis des bovins, de la volaille et des ovins.


L’évolution des effectifs du cheptel entre 2012 et 2017 peut être traduite dans le tableau ci-après :

Évolution des effectifs du cheptel

 

Années

Bovins

Ovins

Caprins

porcins

Asins

Equins

Camelins

Volailles

2017

1 982 500

1 408 190

2 545 286

4 212

83 742

12 116

16 091

1 757 126

2016

1 943 660

1 380 578

2 471 151

4 130

82 913

11 996

15 932

1 705 948

2015

1 905 552

1 340 370

2 399 179

4 051

81 288

11 832

15 619

1 656 260

2014

1 868 190

1 301 332

2 329 301

3 973

79 696

11 764

15 313

1 608 019

2013

1 831 560

1 263 430

2 261 459

3 897

78 136

11 650

15 013

1 561 184

2012

1 795 667

1 226 633

2 195 593

3 822

76 606

11 537

14 719

1 515 712

Source : DRRAH-SHL, novembre 2018

 

S’agissant des infrastructures pastorales, la région du Sahel compte 236 parcs de vaccination, 62 magasins de stockage, 45 zones pastorales dont 02 sécurisées ; la superficie des espaces de pâturage est estimée à 3 382 000 ha dont 133 300 ha en saison sèche. Aussi en 2016, la région disposait de 24 marchés à bétail aménagés, 01 abattoir, 13 boucheries, 02 tanneries, 27 mini-laiteries et 35 aires d’abattages réparties sur l’ensemble du territoire de la région.

En matière d’hydraulique pastorale, la région enregistre 33 retenues d’eau, 35 puits pastoraux et 29 forages pastoraux. Les ressources en eau souterraine sont estimées à 9 550 millions de m3 dont 300 millions de m3 renouvelables.

Parmi les filières porteuses retenues dans la région, il y a les filières bétail-viande et lait qui disposent chacune d’un plan d’actions.

La production laitière est abondante en saison des pluies du fait de la disponibilité du pâturage et de l’eau.

 


Atouts du secteur de l’agriculture


 

L’agriculture constitue la seconde activité économique de la région du Sahel en dépit de la faible pluviométrie. Elle est essentiellement une agriculture de subsistance.

Les terres de la région sont plus aptes à la production du mil et/ou du sorgho. Néanmoins des cultures maraîchères sont envisageables en bordure des mares et des lacs existants. Les principales spéculations sont le mil, le sorgho, le maïs, l’arachide, le sésame, le niébé et le voandzou essentiellement cultivées sur haute terre. .En outre on note un potentiel bas-fond et périmètres aménagés et  aménageables.

 

 

Tableau : situation du potentiel aménagé et aménageable.Province

Superficies (ha)

Aménagées(2017)

Aménageables

OUADALAN

73

770

SENO

197

940

SOUM

728

2700

YAGHA

162

1137

SAHEL

1 158

5547

Source : collecte administrative DRAAH 2017


Par ailleurs, la région du Sahel produit des semences améliorées sur des zones aménagées à cet effet. C’est au total six (06) fermes semencières qui ont été dénombrées dans la région. En 2016, ces fermes exploitaient 116,5 ha sur 236,5 ha aménagés soit 49,26%. Ce faible taux est justifié par l’état des dégradations des fermes (ravinement des sables) Le tableau ci-dessous illustre la situation des fermes semencières par province.

Situation des fermes semencières en 2016

 

Province

Localité

Nombre de fermes

Superficies (ha)

Aménagées

Exploitées

Oudalan

Saouga

01

60

15

 

Séno

Bani

01

12

12

Amsia

01

30

27

Oulo

01

44

25

Soum

Pobé-Mengao

01

30,5

26,5

Yagha

Sebba

01

60

11

Total Région

06

236,5

116,5

Source : DRAAH-Sahel, novembre 2018

S’agissant de la ressource eau, la région dispose, de mares et bien d’autres aménagements dont les capacités de rétention d’eau varient en fonction des saisons.


Atouts à l’émergence d’unités de transformation agro-sylvo-pastorales


La région dispose de potentialités de création de petites et moyennes entreprises d’exploitation et de transformation des produits agro-sylvo-pastorales. Les principales sources de matières premières sont d’origines :


Agricole


 On note   plus en plus l’existence des unités de transformations des produits agricoles par des sociétés coopératives féminines. Ces unités de transformation concernent principalement la filière niébé, sésame. A cela s’ajoute la transformation du mil en couscous en vente dans les alimentations de la place.


Forestières et fauniques


 

 

la région dispose de produits forestiers non ligneux comme le  jujube, la gomme arabique, les dattes du sahel,  le jujube greffé, les dattes fraîches, les feuilles et les graines de baobab, etc. La transformation de ces produits peut constituer une source importante de revenus, notamment pour les femmes.

Sur  le plan  faunique, le Sahel dispose d’une faune assez varié regroupé en trois ordres à savoir :

  • les reptiles (varan, le crocodile, la vipère etc..) ;
  • les mammifères (gazelle, lycaon, lièvre, chacal, céphalophe, hyène, singe, phacochère, guib harnaché etc…)
  • les oiseaux (francolins, mange-mil, pintades sauvages, canards sauvages etc…).

 


Animales et halieutiques


 

La région dispose d’unités d’embouche de bovins et d’ovins. Comme le potentiel d’élevage intensif est important, il s’agira pour la région de développer les circuits de collecte et de commercialisation afin de contribuer à la diversification des sources de revenus à court terme et à moyen terme.

L’activité de la pêche connaît également un essor important ces dernières années. Au vu de la qualité des ressources halieutiques présentes dans la région, la filière poisson a été retenue parmi les filières porteuses.

 


Atouts liés au développement des services et de l’investissement


Le développement des productions animales, agricoles, de la transformation des produits forestiers non ligneux s’accompagne nécessairement du développement des services d’approvisionnement en intrants, d’infrastructures d’accueil, de restauration, de l’artisanat, de logistiques de transport, etc. C’est aussi, une opportunité de décentralisation des structures de financement dans la région.

Bien que dépendant des activités suscitées, le développement des services est une opportunité de création d’emplois.


Atouts des secteurs sociaux


Les secteurs sociaux recouvrent l’éducation formelle, l’alphabétisation et l’éducation non formelle, la santé, l’assainissement et l’eau potable, l’art et la culture, les sports et loisirs, la formation professionnelle et l’emploi.

Publié dans Potentialités