La Boucle du Mouhoun

AGENDA
  • Lancement de la campagne de vaccination contre la méningite par le Directeur Régional du Ministère de la Santé

  • Rencontre annuelle Gouverneur/Collectivités locales

ACTUALITES
POTENTIALITES

OCADES Caritas : Un projet pour soutenir 2 000 ménages déplacés dans six diocèses du Burkina

L’Organisation catholique pour le développement et la solidarité (OCADES Caritas Burkina) a procédé, le samedi 21 décembre 2019 à Nouna, au lancement du projet EA-19-2019, pour prendre en charge 2 000 ménages déplacés internes hors-camp et des communautés d’accueil sensibles à la crise sécuritaire dans les diocèses de Dédougou, Dori, Fada N’Gourma, Kaya, Nouna et Ouahigouya. Pour ce qui concerne Nouna, ce sont 250 ménages qui recevront un appui alimentaire et non-alimentaire. D’un coût global de plus de 673 millions de FCFA, le projet permettra de toucher directement 14 000 personnes.

En vue d’apporter sa contribution à la gestion des personnes déplacées internes, l’OCADES Caritas Burkina a mis en place le projet EA-19-2019. La cérémonie de lancement de ce projet a eu lieu le samedi 21 décembre 2019 à Nouna, chef-lieu de la province de la Kossi, dans la région de la Boucle du Mouhoun.

En effet, depuis 2015, le Burkina Faso est régulièrement la cible d’attaques terroristes qui ont fait près de 500 morts et des milliers de déplacés internes. La situation sécuritaire s’est particulièrement dégradée au cours de l’année 2019. Aujourd’hui, plus de 500 000 déplacés internes ont besoin d’aide alimentaire, d’abris, d’eau et de soins de santé.

Dans le cadre du projet EA-19 2019, chaque ménage bénéficiera, durant trois mois, d’un appui alimentaire composé de 100 kg de céréales, 25 kg de haricot, 5 litres d’huile, 2 kg de sel et 5 000 F en cash. Les ménages bénéficieront également d’un appui non-alimentaire composé d’articles de ménage, d’hygiène et de cuisine (seau, nattes, assiettes, lampes solaires, moustiquaires…). Il est à préciser que le choix des articles tient compte de l’évaluation des besoins faite par les acteurs humanitaires et du plan de réponse qui a été adopté à la rencontre de coordination humanitaire.

Dans le diocèse de Nouna, 250 ménages seront soutenus. Mais de façon globale, le projet EA 19-2019 bénéficiera à 2 000 ménages, avec pour finalité de contribuer à améliorer les conditions de vie des personnes déplacées et des communautés d’accueil dans six diocèses du Burkina Faso (Dédougou, Dori, Fada N’Gourma, Kaya, Nouna et Ouahigouya). Le choix de ces zones d’intervention se justifie par le fait que les personnes déplacées hors-camp de ces diocèses vivent dans des conditions précaires (pas de logement approprié, certains dorment à la belle étoile…).

Toutefois, reconnaît Simon Gniminou, secrétaire général adjoint de l’OCADES Caritas Burkina, le nouveau projet lancé ne saurait couvrir tous les besoins des personnes déplacées ; c’est pourquoi l’OCADES travaille en collaboration avec d’autres acteurs humanitaires et le gouvernement.

Soumaila Sidibé, déplacé de Weressé depuis six mois, a remercié l’OCADES pour son soutien. Il a déclaré que grâce aux actions humanitaires, leurs enfants sont soignés gratuitement, et ils reçoivent divers appuis.

Mgr Joseph Sama, évêque du diocèse de Nouna, a particulièrement remercié tous les donateurs et promis aux autorités de la région que l’Eglise du Burkina, à travers l’OCADES Caritas Burkina, œuvrera toujours aux cotés des autorités pour le bien-être des personnes en situation difficile dans les communautés.

Le secrétaire exécutif diocésain de Nouna, l’abbé Zéphirin Bagnawa, a reconnu que le chemin est encore long, mais de concert avec tous les acteurs, ils atteindront les objectifs fondamentaux que sont la paix et le mieux vivre-ensemble. Il a assuré aux personnes déplacées que son souhait le plus profond, c’est de les voir retourner dans leurs villages respectifs.

Sayouba Zoromé, haut-commissaire de la Kossi, représentant le gouverneur de la Boucle du Mouhoun, soutient pour sa part que depuis l’avènement du phénomène des déplacés au niveau de la région et de la province, des initiatives sont prises à plusieurs niveaux : l’Etat intervient à travers le CONASUR ; les personnes de bonne volonté et l’Eglise à travers l’OCADES, qui a fait plusieurs fois des dons au profit des déplacés. Il a conclu qu’avec les différents soutiens, les déplacés sauront qu’ils ne sont pas des laissés-pour-compte.

L’OCADES a été créée le 5 février 1998 et reconnue officiellement le 25 mai 1998 en tant qu’association à but non-lucratif. Depuis 2018, elle a signé une convention d’établissement avec le gouvernement burkinabè et dispose du statut d’association d’utilité publique depuis 2013. L’OCADES s’inspire des valeurs de l’Eglise (dignité de la personne humaine, justice sociale…) et assure sa mission en faveur de toutes les communautés de base sans distinction de religion, ni d’appartenance ethnique et politique.

Elle intervient dans le domaine de l’éducation, la formation professionnelle, les actions d’urgence, la santé, la cohésion sociale, la prévention des conflits… Elle bénéficie de l’accompagnement de plusieurs acteurs dont les partenaires techniques et financiers ; les autorités nationales, régionales, provinciales et communales.

Haoua Touré
Lefaso.net