Services sociaux de base

Education


 

Education formelle


Selon la règlementation nationale[1], l’éducation formelle comprend : 

  • l’éducation de base formelle, composée de l’éducation préscolaire (enfants de 3-5 ans pour une durée de 3 ans), l’enseignement primaire (enfants de 6-11 ans pour une durée de 6 ans de scolarité) et l’enseignement post-primaire (adolescents de 12-16 ans pour une durée de 4 ans de scolarité).
  • l’enseignement secondaire : l’enseignement secondaire accueille les sortants de l’éducation de base et comporte un seul cycle dont la fin est sanctionnée par un examen terminal donnant lieu à la délivrance d’un diplôme national ou d’un titre de capacité requis pour l’accès à l’enseignement supérieur ou à la vie professionnelle.

Il comprend les catégories d’enseignement ci-après : l’enseignement secondaire général ; l’enseignement secondaire technique et professionnel.

 
  • l’enseignement supérieur : L’enseignement supérieur accueille les titulaires de diplômes ou titres de capacité de fin d’études de l’enseignement secondaire. L’enseignement supérieur est assuré dans les structures publiques et privées reconnues par l’Etat. Ce sont : les universités ; les instituts supérieurs ; les grandes écoles.
  • la formation professionnelle et technique : elle vise l’acquisition de connaissances et de compétences spécifiques pour l’exercice d’un métier ou l’amélioration de la productivité du travailleur. Elle est dispensée dans : les écoles ou les centres spécialisés publics et privés ; les centres de formation professionnelle ; les établissements d’enseignements secondaires techniques et professionnels publics et privés ; les établissements d’enseignements supérieurs techniques et professionnels. 
 
Préscolaire

                                                                     Ecole maternelle du Village Laafi (Koudougou)

 

Les structures d’éducation préscolaires regroupent les Espaces d’Entraide Communautaire pour l’Enfance communément appelés ‘’Bisongo’’ et les Centres d’Eveil et d’Education Préscolaire (CEEP). Ces structures préscolaires accueillent les enfants âgés de trois (3) à cinq (5) ans. 

En termes d’infrastructures, la région du Centre-Ouest compte au total 71 établissements d’éducation préscolaire, répartis comme suit : 

 Infrastructures du préscolaire
 

Provinces

CEEP Publics

CEEP Prives

BISONGO

Total

Boulkiemdé

3

23

6

32

Sanguié

4

3

10

17

Sissili

1

1

0

2

Ziro

1

1

18

20

Total 

9

28

34

71

Source : DRENA-COS, Août 2017.

Le nombre de centres a connu une grande évolution, comparativement à la situation du précédent PRD qui faisait état de 25 établissements d’éducation préscolaire en 2010. Le graphique suivant présente l’évolution du nombre de centres entre 2010 et 2017.

De 2010 à 2017, le nombre d’établissements d’éducation préscolaire a presque triplé. De 25 à 71 centres, l’ensemble de la région a connu un taux de progression de 184%. Toutefois, il y a une disparité entre les provinces. En effet, contrairement aux trois (3) autres provinces, la Sissili n’a pas connu d’augmentation du nombre de ses infrastructures préscolaires. 

Le personnel de ces établissements d’encadrement du préscolaire sont au nombre de 189, soit 151 femmes et 38 hommes. 

Personnel d’encadrement du préscolaire
 

Personnel

Effectifs

 

 

Hommes

Femmes

Total

En classe

35

149

184

Au bureau

3

2

5

Total

38

151

189

Source : DREPPNF_COS, Août 2017.

 

Par rapport aux effectifs des enfants du préscolaire, l’évolution est moins grande, car le nombre d’enfants est presque stable durant les cinq (5) dernières années. L’augmentation du nombre de centres n’est pas accompagnée d’une hausse considérable des effectifs. Le tableau ci-après présente l’évolution des effectifs des enfants du préscolaire au cours des cinq (5) dernières années.

Evolution des effectifs au cours des 5 dernières années

 

Année scolaire

Garçons

 

Filles

 

Total

Nombre 

%

Nombre 

%

 

2011-2012

1944

49

1985

51

3929

2012-2013

2210

50

2204

50

4414

2013-2014

2254

51

2170

49

4424

2014-2015

2427

49

2553

51

4980

2015-2016

1837

51

1790

49

3627

TOTAL

10672

49,93

10702

50,07

21374

Source : DREPPNF_COS, Août 2017.

 

Les effectifs au préscolaire ont évolué en dents de scie sur les cinq (5) dernières années, avec de faibles variations. Il est passé de 3929 à 3627 auditeurs, soit même une diminution entre les cinq (5) années. Il y a une relative parité entre le nombre de filles et de garçons. 

Il faut relever que la région connaît en effet un faible taux de préscolarisation, à l’image de l’ensemble du pays. 

Evolution du taux de préscolarisation par région et par sexe
 

Sexe

Années scolaires

2011/2012

2012/2013

2013/2014

2014/2015

2015/2016

Filles

2,9%

3,0%

2,9%

3,2%

2,3%

Garçons

2,6%

2,8%

2,8%

3,1%

2,2%

Ensemble

2,7%

2,9%

2,8%

3,1%

2,3%

Source : Annuaire statistique du préscolaire 2015/2016

 

Le taux brut de préscolarisation pour l’année scolaire 2015/2016 est de 2,3% pour la région du Centre-Ouest. Pour la même période, Il est de 2,9% au plan national, tiré de loin par la région du Centre où il est de 9,1%.Le tableau suivant présente les détails du taux de préscolarisation de la région du Centre-Ouest, par province et par sexe.  

Taux de préscolarisation par province en 2016
 

Région/ province

Pop préscolarisable en 2015

Pop.   préscolarisée 2015/16

en

Taux                     de

préscolarisation %

 

F

G

T

F

G

T

F

G

T

Boulkiemdé

32 359

34 932

67 291

1 092

1 156

2 248

3,4

3,3

3,3

Sanguié

18 972

20 481

39 453

217

214

431

1,1

1,0

1,1

Sissili

13 987

15 100

29 087

109

115

224

0,8

0,8

0,8

Ziro

12 177

13 145

25 322

372

352

724

3,1

2,7

2,9

Centreouest

77 495

83 658

161 153

1 790

1 837

3 627

2,3

2,2

2,3

                     

Source : Annuaire statistique du préscolaire 2015/2016

Au niveau provincial, le taux brut de préscolarisation est de 3,3% au Boulkiemdé, suivi du Ziro avec 2,9, puis du Sanguié avec 1,1 et de la Sissili avec 0,8%. Au titre des partenaires d’appui du préscolaire dans la région, il y a l’ONG BornFonden qui intervient dans la province du Ziro. Cela peut expliquer son taux plus élevé qu’au Sanguié et à la Sissili.  

L’éducation préscolaire dans la région du Centre-Ouest présente aussi bien des contraintes que des potentialités, dont les principales sont reprises dans le tableau ci-après. 

 

Difficultés / contraintes 

Potentialités / atouts 

•       Insuffisance d’infrastructures préscolaires, particulièrement dans la Sissili;

•       Insuffisance, voire absence, d’appui aux structures publiques (ces structures fonctionnent exclusivement sur la base des cotisations des parents d’enfants) ;

•       Absence d’appui pour la cantine scolaire ;

•       Coût élevé de la scolarité pour une grande partie des parents;

•       Coût élevé des livrets préscolaires ;

•       Existence de CEEP privés non reconnus ;

•       Faible prise en charge des petits papas et petites mamans dans les Bisongo ;

•       Non-appropriation de l’éducation préscolaire par les collectivités territoriales malgré le transfert ;

•       Absence de partenaires (sauf pour le Ziro);

•       Concentration des structures préscolaires en ville ;

•       Insuffisance du personnel de l’Etat dans les structures publiques ;

•       Fermeture de Bisongo faute de moyens ;

•       Faible implication des parents d’enfants dans la vie des structures ;

•       Population pré

scolarisable importante ;

•       Disposition de certains parents, surtout les femmes, à envoyer les enfants au préscolaire ;

•       Disponibilité du privé à accompagner l’Etat dans le domaine ;

•       Engagement des éducateurs de l’Etat à œuvrer pour assurer un encadrement adéquat aux enfants.

Source : DREPPNF_COS, Août 2017

Enseignement primaire

Pour l’année scolaire 2016/2017, la région compte 1 297 écoles dont 1 133 publiques et 164 privées.

Etablissements scolaires au primaire par statut

 

Localité

 

 

Statut

 

 

 

 

Public

 

 

Privé

 

Total

Boulkiemdé

475

 

 

86

 

561

 

Sanguié

266

 

 

31

 

297

 

Sissili

219

 

 

36

 

255

 

Ziro

173

 

 

11

 

184

 

Centre-ouest

1133

 

 

164

 

1297

 

Source : DREPPNF_COS, Août 2017.

La situation des infrastructures éducatives du primaire connaît une amélioration dans la région du

Centre-ouest. Comparativement à la situation dans le précédent PRD qui faisait état de 959 établissements d’éducation primaire en 2010, la région a connu un taux d’accroissement de 35% sur les sept (7) ans. Le tableau suivant présente l’évolution du nombre de centres entre 2010 et 2017.

Progression des infrastructures du primaire

 

Localité

2010

2017

Progression (%)

Boulkiemdé

422

561

33%

Sanguié

205

297

45%

Sissili

182

255

40%

Ziro

150

184

23%

CENTRE-OUEST

959

1297

35%

Source : PRD 2011-2015 du Centre-Ouest et DREPPNF_COS Août 2017.

De 2010 à 2017, la région a augmenté sa capacité d’accueil avec 338 établissements additionnels de l’enseignement primaire, répartis dans les quatre (4) provinces. Toutes ces infrastructures ne sont pas en bon état. Le tableau suivant présente l’état des salles de salles et des infrastructures connexes. 

Etat des infrastructures scolaires au primaire

 

Province

Nombre d’écoles

Nb

classes

Etat        des

(matériau)

classes

Nb infrastructures connexes

 

 

 

     

Forage

Latrine

Logement

Cantine

 

     

Boulkiemdé

561

2606

2128

189

172

314

424

564

 

421

Sanguié 

297

1296

1074

76

65

141

207

208

 

222

Sissili 

255

1088

725

193

102

110

182

290

 

170

Ziro 

184

762

569

94

110

87

133

317

 

157

Total

1297

5752

4496

552

449

652

946

1379

 

970

Source : DREPPNF_COS, Août 2017.

Il existe encore un millier de salles de classes non construites en matériaux définitifs : 449 classes sous paillote et 552 en banco dans la région. Aussi, toutes les écoles ne disposent pas des infrastructures connexes que sont les forages, latrines, cantines.

Par rapport aux effectifs, le nombre d’élèves du primaire connaît une constante croissance depuis plusieurs années. Le PRD 2011-2015 relevait déjà que « les effectifs du primaire ont considérablement augmenté ces dernières années passant de près de 87 651 en 2000/2001 à 189 033 élèves en 2008/2009 ». 

Ainsi, de 189 033 élèves en 2009, la région du Centre-ouest a enregistré 281 711 élèves en 2016, soit une augmentation de 49%. 

Evolution des effectifs des élèves du primaire au cours des 5 dernières années
 

Année scolaire

Garçons

 

Filles

 

Total

Nombre

%

Nombre

%

2011-2012

121 499

52,4

110 308

47,6

231 807

2012-2013

125 887

51,5

118 346

48,5

244 233

2013-2014

130 989

51,2

125 020

48,8

256 009

2014-2015

134 603

51,0

129 325 

49,0

263 928

2015-2016

142 786

50,7

138 925

49,3

281 711

TOTAL

655 764

51,3

621 924

48,7

1 277 688

Source : DREPPNF_COS, Août 2017.

La proportion des filles est relativement inférieure à celle des garçons durant les cinq (5) dernières années. Pour l’ensemble des cinq (5) ans, elles représentent 48,7% de la population scolarisée du primaire. Les différents indicateurs scolaires montrent un taux brut de scolarisation en croissance au cours des dernières années. 

 Evolution des taux bruts de scolarisation au primaire des cinq dernières années
 

Année scolaire

Garçons

Filles

Total

2012-2013

94,9

95,6

95,2

2013-2014

95,9

98,5

97,2

2014-2015

95,6

98,8

97,2

2015-2016

98,7

103,1

100,8

2016-2017

103,5

110,3

106,8

Source : DREPPNF_COS, Août 2017.

Ce taux brut de scolarisation[2] de la région (106,8%) montre que tous ou presque tous les enfants de la tranche d’âge de 6 à 11 ans vont à l’école. Il est plus élevé que le taux national qui est de 68,1% en 2016.  Ceci est donc un acquis à conserver par la région. 

Par rapport au personnel enseignant et d’encadrement, il est composé de 7 661 personnes, dont 3 456 femmes et 4 205 hommes pour l’année scolaire 2016-2017.

 Personnel enseignant et d’encadrement
 

Personnel

Effectifs

 

 

Hommes

Femmes

Total

En classe

3 723

3 331

7 054

Au bureau

482

125

607

Total

4 205

3 456

7 661

Source : DREPPNF_COS, Août 2017

Le ratio élèves/maîtres[3] connaît une baisse constante dans la région. En effet, le PRD passé relevait déjà que « le ratio élèves/maîtres a régressé » en 2010. De 55,8 en 2010, il a chuté à 48,3 en 2017. Cela signifie qu’il y a une augmentation du nombre d‘élèves par enseignant titulaire qui du coup, augmente la charge de travail et peut influencer la qualité du travail. 

 Evolution du ratio élèves/maîtres
 

Provinces

Ratio élèves/maîtres

 

 

2009-2010

 

2016-2017

Boulkiemdé

 

58,5

 

 48,5

Sanguié

 

59,9

 

 54,4

Sissili

 

50,3

 

 44,0

Ziro

 

46

 

 43,4

Région

 

55,8

 

 48,3

National

 

54,2

 

 45,0

Source : DREPPNF_COS, Août 2017

Toutefois, il faut relever que cette baisse concerne aussi le niveau national, où il est passé de 54,2 en 2010 à 45,0 en 2017.  Pour l’année scolaire 2016-2017, le ratio élèves/maîtres pour la région du Centre-ouest est de 48,3, pour 45,0 au plan national. 

Les partenaires d’appui au secteur de l’éducation primaire dans la région sont principalement les structures suivantes : RESPUBLICA, CREDO, BorneFonden, CEPS.

 

Difficultés / contraintes

Potentialités / atouts

•Faible sécurisation des lieux d’éducation ;

•Insuffisance d’infrastructures scolaires ;

•Mauvais état de certaines infrastructures scolaires.

•Populations sensibilisées sur les avantages de l’éducation ;

•Infrastructures scolaires disponibles ;

•Personnel enseignant qualifié ;

Source : DREPPNF_COS, Août 2017

 Enseignement post-primaire et secondaire 

La région compte au total 346 établissements au titre du post-primaire et du secondaire. Ce nombre connaît une grande évolution, car le précédent PRD faisait état de 110 établissements en 2010, soit 215% d’augmentation. Le tableau suivant présente par province les types établissements. 

Etablissements publics et privés et cours du soir pour l’année 2016-2017
 

Statut

Etablissements publics

Etablissements privés

Etab. publics +privés

Cours du

soir

Etab.

Publics

+Privés

+CS 

Type

ESG

ESTP

Total

ESGTP

ESG

ESTP

Total

ESGTP

ESGTP

Boulkiemdé

96

2

98

76

6

82

180

12

192

Sanguié

49

0

49

29

1

30

79

5

84

Sissili

35

0

35

16

1

17

52

5

57

Ziro

22

0

22

13

0

13

35

2

37

TOTAL

202

2

204

134

8

142

346

24

370

Source : DREPS Centre-Ouest.

Au niveau de l’enseignement général, on dénombre 336 établissements d'enseignement secondaire général (ESG) répartis sur l’ensemble des provinces.

Par contre, les établissements d'enseignement secondaire technique et professionnel (ESTP) sont en faible nombre au Centre-ouest : 10 au total sur les 346 établissements publics et privés que compte la région. Sur ces 10 ESTP, deux (2) qui sont publiques et les huit (8) sont privés. 

Parmi ces 10 ESTP, huit (8) sont localisés dans le Boulkiemdé, le Sanguié et la Sissili comptent chacune un (1) seul ESTP privé. La province du Ziro n’en dispose pas. 

Les effectifs scolaires demeurent en constante progression pour ce niveau d’enseignement. Pour l’année scolaire 2015/16, la région dénombre un effectif de 100 688 élèves. Ce nombre a plus que doublé, car le PRD passé mentionnait moins de 50.000 élèves en 2010. Le tableau ci-après présente les détails des effectifs de 2015/16, ainsi que les Taux Bruts de Scolarisation. 

Effectifs et TBS du post primaire et secondaire pour 2015/2016

 

REGION             / PROVINCE

Nombre d'enfants de 12-18 ans

Enfants scolarisés

 

Taux      Brut      de

Scolarisation (%)

Garçons

Filles

G+F

Garçons

Filles

G+F

G

F

G+F

Boulkiemdé

53 519

53 447

106 966

30 183

25 919

56 102

56,4

48,5

52,4

Sanguié

31 378

31 337

62 715

12 833 

9 800

22 633

40,9

31,3

36,1

Sissili

23 133 

23 103

46 236

7 642

6 634

14 276

33,0

28,7

30,9

Ziro

20 140 

20 113

40 253

4 241

3 436

7 677

21,1

17,1

19,1

Centre-ouest

128 170 

128 000

256 170

54 899

45 789

100 688

42,8

35,8

39,3

Source : Annuaire statistique de l’enseignement post-primaire et secondaire 2015-2016

Un écart substantiel existe entre le TBS des filles et celui des garçons. Pour un nombre d’enfants scolarisables presque égal, le TBS des filles est de 35,8% pour 42,8% chez les garçons. 

Le TBS de la région est de 39,3%, pour un total national 34,2% à la même période. Il connaît une croissance depuis plusieurs années : depuis 2000 il n’a jamais connu de régression. Le tableau suivant présente son évolution sur les dix (10) dernières années. 

Evolution du TBS sur les dix (10) dernières années
 

ANNÉE

SCOLAIRE

2006-07

2007-08

2008-09

2009-10

2010-11

2011-2012

2012-13

2013-2014

2014-15

2015-16

Garçons

21,8

25,8

25,2

28,8

31,6

31,4

34,2

37,1

41,6

42,8

Filles

11,7

14,2

14,9

17,7

19,0

20,7

23,5

26,6

33

35,8

G+F

16,5

19,8

19,9

23,2

25,2

25,9

28,8

31,8

37,3

39,3

Source : DREPS Centre-Ouest.

De 16,5% en 2007, le Taux Brut de Scolarisation de la région est à 39,3 en 2016 ; il a donc plus que doublé. Toutefois, il est plus faible chez les filles. 

Les principales contraintes et potentialités de la région en matière d’éducation post-primaire et secondaire sont relevées dans le tableau ci-après.

 

Difficultés / contraintes

Potentialités / atouts

•Insuffisanced'enseignants (environ 1 000) ;

•Insuffisanceen salle de classe (380 salles de classes à construire) ;

•Manque de moyens pour l'encadrement et le suivi des enseignants sur le terrain.

•L'existence de l'ENS/K suscite une convoitise pour les stagiaires à demeurer dans la région

•La prolifération des établissements privés suscite également une convoitise.

DREPS Centre-Ouest