OUOBA Y. Jean

OUOBA Y. Jean

samedi, 01 février 2020 11:27

Environnement

 

 



De manière générale, les principales espèces végétales rencontrées sont : Acacia macrostachya (dont les graines entrent dans l’alimentation de la majorité de la population), Piliostigma thonningii, Vitelaria paradoxa (Karité), Censcrus bifflorus, Eragrostis tremula, Pterocarpus lucens, Sclerocarya birrea, Combretum micranthum Combretum glutinosum, Balanites aegyptiaca, Lannea microcarpa, Ximenia americana, Anogeissus leiocarpus, Guiera sénégalensis, etc.

La région du Centre-Nord regorge d’une forte diversité biologique, et plus d’une soixantaine d’espèces fournissent des Produits forestiers non ligneux (PFNL). Les PFNL s’entendent par les produits des arbres autres que le bois. Ce sont les fruits, graines, feuilles, fleurs, tiges, écorces, racines, sève, exsudats, etc. Les principales espèces concernées sont : Acacia senegal, Vitellaria paradoxa (Karité), Balanites aegyptiaca, Tamarindus Indica (Tamarinier), Bombax Costatum (Kapokier rouge), Adansonia digitata (Baobab), Acacia macrostachya, etc.

La conservation et la restauration des ressources naturelles s’opèrent à travers cinq (05) principales activités que sont : les reboisements, la production de stères de bois, l’octroi de permis de circulation, la production de charbon et l’octroi de permis de chasse.

 

 

 

samedi, 01 février 2020 10:52

Environnement

   

 

La première richesse de la région est la disponibilité relative des ressources en eau. La pluviométrie est assez bonne (700-800 mm/an). On rencontre d’importants cours d’eau susceptibles d’aménagement hydro-agricole : Nakambé, Nouhao, Nazinon. La région dispose également de nombreux bas-fonds qui peuvent être mis en valeur.

Le potentiel d’élevage existe et une production pastorale intensive est possible. L’aménagement de la zone pastorale de la Nouhao en est un exemple de réussite dans ce genre.

Le potentiel minier relativement important constitue une opportunité de création d’emplois et de richesses donc de développement de la région.

 

Les atouts du secteur de production agro-sylvo-pastorale

La région dispose d’énormes potentialités économiques dans le secteur primaire constitué de l’agriculture, l’élevage, la pêche et la foresterie. La mise en valeur de ces ressources requiert nécessairement de véritables réformes dans le choix et la formulation des projets structurants, la recherche et la mobilisation conséquente de ressources financières.

 

En effet, l’existence de potentiel dans le secteur primaire constitue une base pour la création de projets structurants à même d’employer une main-d’œuvre importante et créer des richesses.

La région peut y contribuer par son épargne. La mobilisation de l’épargne d’une manière générale n’est pas active. Les excédents commerciaux sont thésaurisés au lieu d’être recyclés et employés pour le financement d’autres activités. Les populations mènent des activités secondaires qui leur procurent des revenus dont une partie est consommée. Il est possible de créer des coopératives d’épargne et de crédits qui inciteront les populations à épargner, afin que cette épargne puisse être drainée vers le financement de petits projets de développement

 


Végétation


La région dispose de trois (03) forêts classées et de réserves de faune qui sont celles de Sitenga (840 ha) dans la commune de Gounghin (province du Kourittenga), de Yakala (1600 ha) en partie noyée dans le lac de Bagré et de Ouilengaré (6 665 ha) dans le Boulgou (commune de Zoaga). Le potentiel ligneux de la région est estimé à 2 160 000 m3. Le volume moyen peut être évalué à 10 m³ par hectare. La densité moyenne est de 300 pieds à l’hectare. Les formations végétales sont représentées par des savanes arborées à arbustives, arborées à boisées ainsi qu’une mosaïque de savanes et jachères. L'état de dégradation des ressources naturelles (sol et végétation) est déjà avancé dans la région en raison de la relative surpopulation de la région, de l'utilisation anarchique des formations naturelles, des feux de brousse répétés et de la surcharge du bétail.


Faune


On distingue deux (02) catégories de faunes à savoir la faune terrestre et celle aquatique.

Dans la région, le gros gibier existe en petit nombre et se rencontre dans les savanes et le long des marécages des principaux cours d’eau et leurs affluents. Le petit gibier existe avec des effectifs assez importants certes, mais relativement faibles par rapport à bien d’autres régions du pays.

Concernant la faune aquatique, la région du Centre-Est est l’une des principales pourvoyeuses en poissons au Burkina Faso. En effet, 35 plans d’eau ayant une superficie de plus de 25 210 ha, dont 25 000 ha au niveau du barrage de Bagré, regorgent d’importantes ressources piscicoles. La plupart des plans d’eau de la région a fait l’objet d’empoissonnement en 2006. La seule production de Bagré correspondait à 12% de la production nationale en 2006. Sur la base d’une production moyenne de 60 à 120 kg/ha, la production potentielle de Bagré est évaluée entre 11 862,6 tonnes et 23 725,2 tonnes (APREL, 2006).



   

 


VOIR  AUSSI ⇓


POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE D’ENVIRONNEMENT

Ministère de L'Environnement, de l'Economie verte et du Changement climatique



Actualités de l'environnement au Burkina Faso

LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE AU BURKINA FASO



 


 

 

samedi, 01 février 2020 10:28

Industrie



 

 

 

 

 

 


 

samedi, 01 février 2020 10:28

Commerce

 

 


L’activité commerciale est très développée dans la région. En effet, on dénombre onze (11) marchés construits dont seulement huit (08) sont en exploitation. Les marchés non encore exploités sont situés dans les communes urbaines de Bittou, Garango de Tenkodogo. Les places estimées dans ces marchés s’élèvent à 559 places.

Parmi les marchés construits, il convient de mentionner que celui de Pouytenga a un rayonnement international. L’agglomération doit son statut de commune urbaine à l’importance économique de ce marché et aux substantielles recettes qu’il lui procure. Les produits concernés sont essentiellement le bétail, les produits manufacturés, les produits agricoles bruts et transformés, les produits de l’artisanat, etc. Outre le marché de Pouytenga, l’activité commerciale est très développée dans les autres villes et centres de la région que sont Tenkodogo, Ouargaye, Bittou, Garango, Cinkansé et Koupéla.

En ce qui concerne les marchés non construits, on dénombre quatre-vingt-huit (88) marchés répartis dans les villages et sont des zones de prédilection d’échanges entre les producteurs et les commerçants pour les zones urbaines et vers les marchés extérieurs.

On dénombre également sept (7) marchés à bétail construits situés à Bissiga, Bittou, Garango, Zabré et Zonsé dans le Boulgou, à Pouytenga dans le Kourittenga et à Ouargaye dans le Koulpélogo, selon le recensement des infrastructures socioéconomiques en 2013. Cette situation devrait connaître une évolution en 2015.

Malgré les efforts des partenaires au développement dans la construction de quelques marchés dans la région, un certain nombre d’infrastructures marchandes demeurent non fonctionnelles et les Collectivités territoriales les abritant gagneraient à les valoriser davantage par une meilleure organisation des acteurs ; cela permettra de dynamiser les économies locales grâce à la mobilisation des recettes que cela va favoriser.

samedi, 01 février 2020 10:28

Bureau

 



 

La présentation du Conseil Régional du Centre Est



A l’instar des douze (12) autres régions administratives du Burkina Faso Le Conseil régional du Centre Est  a été créée par la loi N°013-2001/AN du 02 juillet 2001 portant organisation du territoire du Burkina Faso. Le Conseil régional du Centre Est fut installé le 25 juillet 2016 suite aux élections municipales et législatives de 2016. Il compte soixante (60) conseillers dont cinquante-neuf (59) hommes et une (01) femme. L’actuel Président du Conseil régional se nomme Moro KERE, administrateur de formation.

 



 

Président du Conseil régional se nomme Moro KERE,
samedi, 01 février 2020 10:28

Pêche

 



 


Résultat de recherche d'images pour "barrage de bagre burkina faso"

Chasse

L’activité de chasse se pratique dans les formations boisées de la région et les animaux rencontrés sont principalement les lièvres et les perdrix.

Cueillette

La baisse de la fertilité des sols, la dégradation des terres, les mauvaises pratiques agricoles et les Changements climatiques (CC) entraînent une vulnérabilité accrue des populations locales, exposant celles-ci à des risques d’insécurité alimentaire. Pour s’adapter à cette situation, la consommation des Produits forestiers non-ligneux (PFNL) alimentaires pendant les périodes de risque d’insécurité alimentaire par les ménages vulnérables, permet aux membres de la famille de se maintenir grâce aux valeurs nutritionnelles que contiennent ces produits.

 

samedi, 01 février 2020 10:28

Santé



 

 



 

samedi, 01 février 2020 10:28

Sports et Loisirs



 

 Sports

Dix-huit (18) terrains de football dont douze (12) au Boulgou et six (06) au Kourittenga, trois (03) stades dont deux (02) au Boulgou et un (01) au Kourittenga ont été dénombrée. Plusieurs équipes évoluant dans diverses disciplines existent dans la région. Cependant, l’insuffisance d’appui matériel et financier limite la pratique du sport dans la région.

Loisirs

La région compte également neuf (09) maisons des jeunes dont trois (03) au Boulgou, quatre (04) au Kourittenga et deux (02) au Koulpélogo. A ces infrastructures, il faut ajouter l’existence de trois (03) centres de loisirs et d’animation culturelle au Boulgou, deux (02) centres culturels à Bané et à Béguédo, deux (02) salles de cinéma à Koupéla et à Pouytenga.

Page 9 sur 20